Le départ de deux de nos co-fondateurs

12 décembre 2018Team3 min de lecture

Le départ de deux de nos co-fondateurs

Nous avions mentionné le fait qu’à l’origine Moneway était composé de cinq co-fondateurs et que deux d’entre eux sont partis. Récemment, nous vous avons présenté les portraits des trois co-fondateurs actuels, la transparence étant l’une de nos valeurs fondamentales, nous trouvons à présent important de vous expliquer le départ de ces deux membres.

Début de l’aventure

Comme nous vous l’avons expliqué dans cet article, c’est Romain Vermot qui, à l’origine, a façonné Moneway dans son esprit. 😉

En effet, il est le premier de notre équipe à s’être penché sur la question des néo-banques, aspirant à une nouvelle ère bancaire, où le bien être de l’utilisateur serait au coeur du projet. Cependant, créer une néo-banque est un projet de grande envergure et il a conscience qu’il ne peut pas le réaliser seul.

Ainsi, Romain contacte Benjamin Chatelain, développeur tout comme lui. Ensemble, ils étudient non seulement ce marché, mais aussi ce dont ils ont besoin en terme de logistique pour se lancer. Ils font alors appel à Noémie Nicod pour la partie commerce et marketing, mais ils ont aussi besoin de mains en plus pour le développement de l’application. Romain s’adresse à Emeline Gaulard, une camarade d’EPITECH, pour développer l’API. L’API de Moneway étant très complexe à construire, elle décide de présenter Guillaume Fillon, ancien étudiant d’EPITECH, aux autres membres de l’équipe, et de l’intégrer au projet. C’est ainsi que ces cinq jeunes ambitieux démarrent l’aventure Moneway ! Nous en parlons plus en détail dans cet article. 🙂

Emeline et Guillaume quittent La Haye (Pays-Bas), et s’installent à Bordeaux, tandis que Romain, Benjamin et Noémie s’installent à Villers-le-Lac et y définissent le siège social de Moneway. Ensemble, ils étudient différentes possibilités : soit de rejoindre Emeline et Guillaume à Bordeaux, soit de rester à Villers-le-Lac. Ils réalisent très vite que louer des bureaux à Bordeaux demanderait un budget trop conséquent et que ce ne serait pas bénéfique pour Moneway d’y louer des bureaux. De plus, la majorité de leurs interlocuteurs étant franc-comtois, dijonnais ou parisiens, déplacer le siège social de Moneway ne serait pas pertinent.

Le départ d’Emeline et Guillaume

Emeline et Guillaume travaillent à 100% depuis leur domicile à Bordeaux, et le reste de l’équipe se trouve au siège de Moneway. Le projet avançant bien, l’idée de recruter de nouvelles personnes se dessine. Mais un recrutement signifie l’instauration d’une politique d’entreprise au sein de Moneway, la question du travail à domicile se pose donc. En effet, est-ce éloignés des uns et des autres que l’on peut développer et construire correctement une startup ? Une équipe peut-elle vraiment avancer et être soudée sans jamais se voir ?

Les membres se trouvant à Villers-le-Lac estiment que, dans l’intérêt de Moneway, il est primordial d’instaurer une obligation de présence au sein du siège de l’entreprise à un minimum de 50% du temps de travail. C’est ainsi que fin août, un désaccord éclate entre les membres de Moneway car Emeline et Guillaume ne partagent pas cette vision des choses et ne souhaitent pas changer leur manière de travailler.

Au cours d’une discussion concernant l’avenir de Moneway, l’ensemble de l’équipe ne parvient pas à trouver un terrain d’entente. Emeline et Guillaume expliquent ne pas vouloir rester au sein de l’entreprise s’ils ne peuvent pas travailler à 100% depuis Bordeaux. Romain souligne que pour propulser une startup, il est primordial que les co-fondateurs soient capables de faire des sacrifices. Dans n’importe quelle entreprise, personne n’est jamais irremplaçable, et Moneway n’est pas une exception. Guillaume décide alors de quitter l’aventure. Emeline prend la décision de faire de même, mais honore cependant sa mission et part une fois celle-ci achevée, début octobre 2018.

Développer une startup n’est pas une tâche facile, et il est parfois compliqué de faire passer les intérêts d’une entreprise avant le reste. Cependant, c’est le défi que se sont lancés nos co-fondateurs et ils font en sorte de s’y tenir.

Ce n’est jamais agréable de voir deux personnes quitter ainsi un projet, toutefois nous leur souhaitons bonne chance dans l’avenir ! 😊

Partager sur :

Alizée Adam

Alizée Adam

Content Manager